WASENBOURG
Wasenberg,Wasenburg

Situation
Commune et canton de Niederbronn-les-bains, arrondissement de Haguenau, Bas-Rhin


Accès
A partir de Niederbronn les bains, parking de la gare, un sentier balisé "rectangle rouge" mène le visiteur à la Wasenbourg en 45 minutes (forte montée). Au moins deux sentiers éxistent également à partir d'Oberbronn.
Carte Michelin 315 - Pli J 3
Carte départementale IGN D67 - Pli  D 7

Bref historique
Le site est déjà occupé à l'époque romaine. Les vestiges d'un temple sont enchâssés dans un rocher. Les romains dressèrent en ces lieux deux temples. Cette occupation romaine s'étend de l'année 30 jusqu'au début du 5ème siècle.
Des marques de tâcherons laissent supposer que Wasenbourg fut édifié aux alentours de 1273. Ce n'est toutefois qu'en 1335 que nous trouvons la première mention écrite. Le château est alors une possession des Lichtenberg.
En 1398, la ville de Strasbourg attaque et s'empare de la forteresse (guerre de Bitche). A cette époque le margrave de Bade possède des droits sur Wasenbourg, mais les von Born (vassaux des Lichtenberg) occupent toujours la place. Le marquis éxige de Strasbourg la restitution du château.
Vers 1400, les Lichtenberg réintègrent l'ensemble des droits sur celui-ci.
A la mort du dernier des Lichtenberg, en 1480, le Wasenbourg parvient aux comtes de Deux-Ponts-Bitche.
En 1570, après une campagne de restauration, la place passe aux Hanau-Lichtenberg.
Le château sera détruit en 1677 par les troupes françaises après avoir passé sans encombres la guerre de 30 ans.

Visite
Le plan reproduit le schéma type du 14ème siècle utilisé pour la construction des grandes résidences. Construit en bout de crête, à 410 mètres d'altitude, il est séparé de la montagne par un large fossé. L'ultime évolution architecturale est atteinte.
Le donjon y est remplacé par un gigantesque mut bouclier. Ses dimensions sont impressionnantes : 18 mètres de haut, 14 mètres de long et 4 mètres d'épaisseur. C'est un exemple unique en Alsace.
Derrière ce mur se dressent les logis seigneuriaux et les communs intégrés dans une même chemise.
Au sommet de l'esplanade apparaît le Wachtfelsen avec les vestiges du temple.
En faisant le tour du château le visiteur peut admirer le travail des constructeurs. Le rocher naturel sert de fondations aux murs.
Sur la face nord, de belles fenêtres géminées brisent la rigueur de la courtine.
Les murs sont appareillés en pierres à bossages avec trous de levage.
De la basse cour ne subsistent que peu de vestiges.
Aménagée dans l'épaisseur du mur bouclier, une salle de garde, accessible depuis les logis, communique avec le sommet du mur bouclier par un escalier intérieur.
Par une petite porte, le visiteur accède à une petite cour intérieure. L'accès du logis se fait par un petit escalier et une porte en arc brisé. Cette porte est surmontée par un curieux oriel (chapelle castrale ?). L'intérieur du logis est riche en détails : cheminée des cuisines, baie à neuf lancettes... Il est cloisonné en deux niveaux séparés par un ressaut décoré de frises, un petite tête sculptée semble surveiller les intérieurs. L'accès aux étages se faisait par un escalier en pierres.







Diaporama :






 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site