LES TROIS CHATEAUX DE RIBEAUVILLE
Saint-Ulrich, Guirsberg, Haut-Ribeaupierre
Situation
Commune, canton et arrondissement de Ribeauville, Haut-Rhin.
Parc naturel régional des Ballons des Vosges.



 
SAINT-ULRICH ou Grand-Ribeaupierre




Dessin de Christophe Carmona
christophecarmona.com

Accès
De Ribeauvillé, prendre la route départementale 416 en direction d'Aubure. A partir du parc à voitures "Pélerinage de Dusenbach", un sentier balisé vous mêne au château en une bonne demi-heure. Peut se coupler avec Giersberg-Stein et Haut-Ribeaupierre.
Carte Michelin 315 - Pli H7
Carte départementale IGN D68-90 - Plis C 7/8
Carte Club Vosgien 1/50000° - Colmar-Munster-Gerardmer-St Dié : Pli H10

Bref historique
Saint-Ulrich (du nom de sa chapelle) est une réalisation de la première moitié du 12ème siècle. Un premier château semble avoir été édifié en ces lieux sans laisser de traces, en 1114 il appartient à l'évêché de Bâle. Il sera occupé de force par l'empereur Henri V qui en fait un point d'appui dans la guerre qu'il mène aux comtes d'Eguisheim.
En 1287, pour une sombre histoire d'héritage,  les Ribeaupierre portent plainte contre Anselm de Ribeaupierre prétendant qu'il s'est accaparé de l'héritage paternel en chassant les autres membres de la famille, Saint-Ulrich est assiégé par le roi Rodolphe de Habsbourg. Le siège tourne court, le roi apprend qu'un complot est ourdi par ses propres troupes visant à l'assassiner, il lève le siège. Anselm sera finalement vaincu par Adolphe de Nassau qui le retiendra prisonnier durant trois ans.
A cette époque on ne parle que de "Grand-Ribeaupierre". En 1435, à l'occasion de la consécration de la chapelle castrale, le château prendra le nom de "Saint-Ulrich".
Les riches et puissants seigneurs de Ribeaupierre, préférant s'installer en ville, le château est abandonné, ils n'y laissent qu'un bailli.
Au début de la guerre de trente ans il est encore occupé par une garnison.

Visite
Le château roman
Occupé au temps protohistoriques, le château cadre bien aux critères retenus au 12ème siècle. Saint-Ulrich présente cependant une innovation, le donjon central va devenir flanquant du côté de l'attaque.
A l'approche du château le visiteur découvre le donjon dirigé face à l'attaque, derrière lui s'élève un bâtiment carré, vestige de l'habitat primitif (style roman). Une belle fenêtre éclaire l'intérieur. Dans un angle deux jambages signalent l'emplacement d'une cheminée.
Le château gothique
Le visiteur reviendra sur ses pas pour se rendre dans le palas du 13ème siècle. Devant ce dernier s'ouvrait une porte tour abritant un puit et une citerne.
Il faut franchir une nouvelle porte pour accéder dans le logis seigneurial (la fameuse salle des chevaliers).
Au niveau du sol le visiteur distingue de nombreuses fents d'éclairage. Le premier étage conxerve une série de sept belles fenêtres géminées à banquettes. Les remplages sont en grès rose avec, sur le dessus , des oculis de diverses formes.
Le château tardif
Par une porte du 16ème siècle, le visiteur rejoint la cour supérieure où se dressent les vestiges de la chapelle castrale. Sur la face ouest des courtines on distingue encore les "trous de boulins" qui supportaient l'échafaudage de construction. Sur le chemin de ronde, une porte décorée donnait accès au hourdage. Par l'enceinte du 13ème siècle un escalier permet l'accès à la cour du 16ème siècle. A droite, une poterne donne sur l'extérieur. Sur le mur on distingue encore la trace de la toiture d'un bâtiment aujourd'hui disparu.





GIERSBERG-Stein ou Petit-Ribeaupierre



Accès
A partir de Saint-Ulrich, un sentier balisé crois jaune, mène en quelques minutes au Giersberg-Stein.

Bref historique
Au plus tard au 3/4 du 13ème siècle, les Ribeaupierre construisent un château pour les puinés de la famille.
Au début du 14ème siècle, les seigneurs de Giersberg-Staufen (voir Giersberg-Stauffen : autres châteaux du Haut-Rhin) échangent leur position devenue insoutenable dans la vallée de Munster avec le château ruiné de Stein. Les négociations s'engagent en 1303 et aboutissent en 1316.

Visite
Le plan de Giersberg est assez simple, un bonjon pentagonal en pierres à bossages, orienté du côté de l'attaque, protège les habitations construites en enfilade derrière lui.
Un choix judicieux du site, une bonne compréhension de l'art de la guerre, font de ce château, de peu d'ampleur, une grande réalisation.



HAUT-RIBEAUPIERRE ou Altenkastel


Accès
A partir de Saint-Ulrich suivre le sentier balisé croix jaune, forte montée.

Bref historique
C'est sous le nom de "Altenkastel" qu'est mentionné, pour la première fois en 1254, le château de Haut-Ribeaupierre. Il est alors possession des Ribeaupierre qui l'engagent à une famille noble les Altenkastel. Il semble que cette famille ai été vassale de l'évêque de Bâle.
En 1288, Anselme de Ribeaupierre est en possession du château haut et du château de Saint-Ulrich.
En 1368, Brunon de Ribeaupierre entre en possession de l'Altenkastel, vouant une haine tenace envers les anglais, il profite d'un passage en Alsace du chevalier John d'Arleston, il le capture et l'enferme à Haut-Ribeaupierre, en attendant le paiement d'une rançon. Tout l'empire fut en effevescence car le noble anglais voyageait avec un sauf conduit impérial. La libération du captif, fut obtenue très difficilement (négociations de 1384 à 1390).
Après 1440, Smassmann de Ribeaupierre y fit entreprendre des travaux de restauration.
En 1470, la place servira une nouvelle fois de prison au seigneur Philippe de Croy, capturé devant Nancy dans une bataille contre Charles le Téméraire.
Le château sera abandonné dès le 16ème siècle et tombera progressivement en ruines.

Visite
Du fait de sa position dominante, Haut-Ribeaupierre représente un remarquable poste d'observations.
Le plan montre trois phases de construction : le donjon cylindrique et le logis seigneurial du 13ème siècle, le mur bouclier et l'enceinte basse du 14ème siècle et la tour d'entrée avec ses deux ponts levis du 15ème siècle.

             

Diaporama :

 
 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site