LANDSKRON
Situation
Commune de Leymen, canton de Huningue, arrondissement d'Altkich, Haut-Rhin.


Accès
A la sortie de Leymen, en direction de Rodersdorf (Suisse), prendre à gauche la route du Landskron. Parc à voitures près de l'auberge. Entrée libre.
Carte Michelin n° 315 - Pli I 12
Carte départementale IGN - Pli K 9

Bref historique
Situé à quelques mètres de la frontière franco-helvétique, Landskron avait une position stratégique de grand importance. La date de sa fondation est controversée. Une première hypothèse la place à la fin du 12ème siècle et lui donne pour auteur un comte de Ferrette. Une seconde en fait une création de l'évêque de Bâle dans la première decennie du 13ème siècle.
Un nouveau château, cité en 1297, prend la suite d'une première construction tombée en ruine. En 1299, les revers de son parti obligent Thibaut de Ferrette à renoncer à sa forteresse en faveur du comte de Roetteln qui l'inféode à ses vassaux, les Munch de Landskron. Par la suite, la suzeraineté du Landskron relève à la fois des Habsbourg, en tant que successeurs des Ferrette et des héritiers des Roetteln.
A partir de 1462, il est confié aux Reich de Reichenstein et subit les menances des Confédérés. En 1468 il est conquis par les milices soleuroises.
Son mauvais état, accentué par le seisme de 1356, incite les Habsbourg à le remplacer, vers 1515,  par une forteresse plus moderne adaptée aux armes à feu.
En 1639, les troupes de Bernard de Weimar prennent la place d'une garnison autrichienne et inaugurent ainsi la domination du roi de France.
En 1663, Louis XIV, en rachetant les droits des margraves (marquis) de Bade, devient le seul suzerain. Landskron est promu au rang de gardien de la nouvelle frontière du royaume.
En 1673-1674, lors de l'offensive des impériaux, il résiste à une armée de 3000 hommes et sert de base avancée pour des raids dans les lignes avancées. Fortifié par Vauban, mais concurencé par les villes fortes de Huningue, Neuf-Brisach et Belfort, Landskron servira dès lors de prison.

Visite
Les vestiges actuels datent essentiellement de la reconstruction de 1515. Lors des travaux réalisés par Vauban, la structure médiévale fut modifiée. Seul le donjon conserve encore son plan originel. Les vestiges montrent le développement de la science militaire au 16ème siècle.
            

Par le chemin d'accès, le visiteur arrive devant la porte de la première ligne de défenses protégée par la masse du donjon. L'accès de la place se fait au travers d'une porte en plein cintre précédant un couloir vouté défendu par des embrasures de tir.



Par une nouvelle porte, le promeneur pénètre dans une cour intérieure autour de laquelle s'ordonnent des vestiges de bâtiment. A droite, les structures d'un logis soigneusement exécutée, reflète l'aisance des seigneurs des lieux. Par un escalier on débouche à la base du donjon carré. Sa structure est massive et abrite seulement deux petites pièces aux niveaux du premier et deuxième étage.

           

Par un escalier à vis, le visiteur accède à la plate-forme sommitale qui découvre un vaste panorama (à 360°).


Monographie :
* Charles Laurent SALCH, Christian REMY
Les châteaux de Landskron
Centre d'étude des châteaux forts, Strasbourg - 1994
* Paul STINTZI
Le Landskron
Association Pro Landskron - 1955
* Me Raymond CLAERR (Société d'Histoire du Sundgau)
Le château du Landskron, histoire et analyse architecturale
Edition Mani Gieder, Blotzheim pour l'association Pro Landskron.

Site internet : www.pro-landskron.eu

Diaporama :
 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site