LICHTENBERG
La Petite Pierre
Situation
Commune de Lichtenberg, canton de La Petite Pierre, arondissement de Saverne, Bas-Rhin
Parc Naturel régional des Vosges du Nord.


Accès
Après avoir quitté Ingwiller, vers Wingen sur Moder, par la route départementale 919, à environ deux kilomètres, prendre à droite la route départementale 181 en direction de Lichtenberg. Parking à l'entrée du village. Entrée payante.
Carte Michelin 315 - Pli I 3
Carte départementale IGN D67 - Pli E 6

Bref historique
Le château de Lichtenberg est érigé au début du 13ème siècle, sur une petite colline qui domine le village.
Les Sires de Lichtenberg apparaissent au début du 12ème siècle, ils sont au service de l'évêque de Metz qui possède d'importants domaines sur le versant alsacien des Vosges. Estimant leur suzerain assez éloigné, Les Lichtenberg se taillent une seigneurie à la mesure de leurs ambitions.
En 1261, le château est détenu en totalité par l'évêque de Metz.
Lors de l'accession de Rodolphe de Habsbourg au trône, la position des Lichtenberg se renforce.
L'évêque de Strasbourg, Conrad de Lichtenberg, fera reconstruire la place forte, en 1286. Cet évêque guerrier est aussi un ami des arts. Il mourra des suites d'une blessure reçus lors d'une expédition punitive contre Fribourg en Brisgau, en 1299.
Son frère lui succède, plus pieux que batailleur il laissera à son neveu Jean de Lichtenberg le soin de la forteresse.
Jean, évêque de Strasbourg, entre 1355 et 1365, ne peut faire face aux difficultés. Le château souffre de cela.
En 1440, lors d'un partage familial, nous apprenons que la garnison compte 12 hommes.
Après 1480, le château de Lichtenberg passe aux comtes de Hanau et aux comte  de Deux Ponts.
A partir de 1570, les Hanau-Lichtenberg sont les seuls maîtres de la forteresse. Philippe de Hanau-Lichtenberg y fait éxécuter d'importants travaux avec l'aide de l'architecte militaire strasbourgeois, Daniel Specklin.
En 1678, les troupes fançaises l'assiègent, le bombardent et le prennent. Ils y feront d'importants travaux sur des conceptions de Vauban.
En 1870, la place forte est bombardée durant trois jours, la garnison est obligée de capituler.

Visite
Au sommet de la colline, nous franchissons un talus ou chemin couvert servant à recevoir des pièces d'artillerie. Le fossé a été achevé, dans sa forme actuelle avec escarpe et contre-escarpe, au 19ème siècle. Un pont-levis franchi le fossé.
Nous nous présentons devant la porte couronnée de machicoulis.



Passé la porte, nous entrons dans un long couloir voûté et coudé. A gauche de celui ci se situe une salle percèe d'embrasures de tir



La rampe d'accès passe devant les ruines des bâtiments résidentiels construits dans le style renaissance. De belles sculptures encadrent une porte datée de 1575, sur sa droite un oriel.

       

Nous arrivons au pied du donjon, devant nous un long bâtiment servant de dépot de munitions.



Montons au donjon, un passage voûté nous mène sur une esplanade regroupant une plateforme d'artillerie à l'est, et au centre un puit. Deux tours cylindriques reliées par un mur bouclier ont été incorporés au massif. Un escalier à vis nous permet d'accéder au sommet. Plusieurs pièces gothiques sont accessibles.
En descendant du donjon nous découvrons, à droite, la chapelle castrale. Tout autour de cette chapelle subsistent les ruines de différents bâtiments, et des salles souterraines.



Le site intègre actuellement une architecture contemporaine liée à diverses activités culturelles.

Monographie :
EYER Fritz
Lichtenberg, son château, son histoire
5ème édition, éditée par le SIVOM de la Haute-Moder - 1982

Site internet : www.chateaudelichtenberg.com

Diaporama






 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site