ENGELSBOURG
Engelbourg - Oeil de la Sorcière

Situation
Commune, canton et arrondissement de Thann, Haut-Rhin.


Accès
A l'entrée "est" de la ville de Thann, parc à voitures près du Centre d'Informations et d'Orientation (C.I.O.). A pied, traverser la Thur, prendre la rue du Rangen puis celle de Kattenbachy. (très bien flêché, durée une vingtaine de minustes).

Carte Michelin 315 - Pli :  G 10
Carte départementale IGN D68-90 - Pli : G 6

Bref historique
De par sa position stratégique, Thann est l'une des clés de l'Alsace, et préside ainsi à l'établissement de la forteresse de l'Engelsbourg. Un rapport de 1473 décrit le château comme une forteresse inexpugnable.
Au 13ème siècle, la vallée de la Thur est l'enjeu d'une implacable rivalité entre le Prince-abbé de Murbach et le Comte de Ferrette. Tous les deux cherchent à intercepter le trafic international (France/Saint-Empire) qui emprunte la route et à lui imposer un péage.
Vers 1225 (décès, sans héritier, de la comtesse Gertrudede Dabo-Eguisheim), Thann et Engelbourg prennent la relève du village de Vieux-Thann et de son château (possession des comtes d'Eguisheim) plus ancien.
De 1229 à 1236, une guerre oppose les deux rivaux et se termine à l'avantage du prince-abbé. Le comte de Ferrette est dépouillé de ses possessions au profit de l'évêque de Strasbourg et de l'abbé de Murbach.
En 1251, Ulric II de Ferrette reprend Thann et Engelsbourg qui deviennent le point d'appui de la politique des comtes dans les Vosges du Sud.
La ville de Thann sera fortifiée dès 1290.
A partir de 1324, le château subit les vicissitudes des Habsbourg, héritiers (par mariage) des comtes de Ferrette.
Elle sera prise par la comte palatin en 1415 et subit un siège infructueux des Bernois en 1468.
Entre 1469 et 1476 elle passe entre les mains de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne. C'est au cours de cette période que le bailli du duc, Pierre de Hagenbach, y fait effectuer des réparations.
Dans le dernier tiers du 16ème siècle une autre campagne de modernisation eut lieu.
Au cours de la guerre de trente ans, Engelsbourg fut occupé à sept reprises.
En 1657, Engelbourg tombe en ruine, le château ne sera plus rénové.
En 1673, le roi de France, Louis XIV, décide de son démantelement. Des mineurs procèdent à une démolition spectaculaire : le donjon rond se brise en trois morceaux dont l'un restera coincé dans les logis. Ce reste est devenu "l'oeil de la sorcière".


Visite
L'état de la ruine et le peu de qualité du matériau de construction ne rendent vraiment pas compte de l'importance de l'Engelsbourg.
Le château comprenait pas moins de quatre enceintes, ou plutôt de quatre lignes de défense : au S-SE, une première muraille était pourvue d'une grande entrée et délimitait la basse cour. Un second mur flanqué de trours rondes protégeait le flanc est, une troisième courtine défentait le côté ouest.
Le château haut et le donjon circulaire correspondent à la première phase de construction de Engelsbourg et datent sans doute du 13ème siècle.
Les communs occupaient vraisemblablement l'espace entre la deuxième et la troisième enceinte.
Le sommet portait le logis seigneurial, l'arsenal, le donjon et une chapelle dédiée à sainte Catherine (construite en 1275).



 

Diaporama

Château de l'Engelsbourg par schivy

A proximité :





 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site